vendredi 9 novembre 2012

Pourtant je n'en voulais pas de Sébastien Tellier



Sébastien Tellier, grand prêtre des anticipations de tendances  et le groupe versaillais Saint Michel  seront ce soir à l'Espace Julien.


J'avais décidé, sciemment que jââââmais je n'écouterai (il n'y avait, croyais-je, aucune condition à mon affirmation têtue) Sébastien Tellier. 

J'avais des idées toutes faites sur ce personnage qu'il surjoue, sur sa manie de balancer des punchlines, sur ce type qu'il s'était façonné. Ses mises en scène provocatrices, la masturbation même bien filmée ne m'excite pas tant que ça (le clip ici). Quant à lui, je ne pouvais dire s'il était beau ou laid, ses allures de gros bûcheron étaient attirantes mais je trouvais tout cela tellement travaillé que ça ne pouvait que sonner faux.  Ses lunettes, ses costumes, ses provocs, ses airs messianiques, ses tifs cradingues, Christophe (??!). En résumé, et lui et le tapage médiatique auquel il avait droit m'insupportaient. Je n'ai donc jamais écouté Sébastien Tellier. Religieusement, je zappais lorsqu'il passait à la radio, à la télé. Je lisais ses interviews juste pour le titre du magazine ou le journaliste, jamais pour lui. Croyais-je... Autant de répulsion ne pouvait que cacher un intérêt refoulé. Je pérorais lors de repas entre amis pourtant mélomanes : que du pipeau, du fake ce mec, vous vous faites avoir par le marketing...

Sébastien Tellier

Et ce matin... ce matin... J'ai entendu ça.... (je vous conseille cette version enregistrée dans les locaux de Couleur 3 - La Ritournelle vers la 37ème minute, mais tout le reste est bon !)... La musique passe en fond, je suis concentrée sur un travail, j'entends mais n'écoute pas. Puis, c'est arrivé... Une émotion au-delà des larmes, les frissons à l'intérieur de soi, le corps aux aguets, le cerveau focalisé sur la musique.... Comment vous dire.. tout se passait à l'intérieur. Ce qu'il y a de vicieux avec la musique est qu'elle s'insinue et qu'elle grave des moments précis. Le portrait d'un homme magnifique que je suis en train d'écrire (sortie en février ! je ne peux rien dire pour le moment) sera irrévocablement associé à..

Sébastien Tellier, si je m'attendais... C'est archi-mélodieux, forcément avec un titre comme ça, "La Ritournelle". Un piège à filles ou de la poésie ? Je n'avais prêté garde qu'à l'emballage alors qu'il y avait une âme dans ses chansons et musiques...


 J'aime bien aussi cette version

Bercée depuis ce matin par la version de Couleur 3 de "La Ritournelle",  je me dis que


 
Sébastien Tellier doit être un mec bien. Il s'est enveloppé de mythes, se drogue ou pas, est une star ou pas, adore les partouzes ou pas, aime la mode ou pas... On s'en fiche royalement, c'est diaboliquement envoûtant ce qu'il crée...

Son site, L'alliance bleue
En concert mardi prochain au D! de Lausanne


9 commentaires:

rima a dit…

C'est marrant parce que c'est un peu ce que je pensais jusqu'à l'été dernier quand je l'ai vu en concert.
C'était un festival à Biarritz et je me suis dit au pire ça ne dure pas trop longtemps, il y a 3 groupes après et Bim c'était super bien (surtout Roche de son ancien album, "je rêve de Biarritz en été"). Un des meilleurs concerts que j'ai vu, peut être aussi parce que ça ne durait qu'une heure mais trop bien. Et oui le personnage surjoue mais on s'en fiche parce que c'est une bête de scène, plein d'humour et juste ce qu'il faut de tout le reste. Bref dès que je peux je retourne le voir.

Lucie a dit…

J'avais plus ou moins le même avis que toi (peut-être moins tranché). Jusqu'à cet été. J'étais au festival du Jazz à Montreux vers les studios de la RSR en train de rire en voyant un animateur de Couleur 3 faire le clown, quand S. Tellier est arrivé et a été interviewé par la Première. Plutot impressionnée de me retrouver devant lui j'ai écouté, pris des photos. Mon chéri écoutait déjà en boucle le CD mais moi je ne voulais rien savoir. Et puis j'ai écouté, me suis laissée bercer par ses "pépitos bleus" et c'est vrai que ça provoque qqch. Ce soir-là il était en concert gratuit au Jazz Café, mais c'était trop tard pour une veille de travail.

Anonyme a dit…

YESSS, on va enfin pouvoir l'écouter dans la voiture !

Sophie a dit…

Il y a sans doute une âme comme tu l'écris joliment dans ces mélodies, mais pas au point d'être aussi enthousiaste que toi. A l'occasion, écoute Chloé, peut-être moins accessible, mais que je trouve vraiment émouvante.

Anonyme a dit…

Comme toi, je trouvais ce type d'un nase avant de l'entendre un soir d'été ... révélation de sa musique pleine d' émotion et de sensualité.
Un peu comme Beigbeder - dont je trouvais le charisme juste inexistant avant de le croiser à Megève ...
On serait pas des midinettes ?
Lili

Sophie LaRIVIERA a dit…

Ah Ah, tout ce que je connais de lui, c'est son passage à l'Eurovision (euh, j'espère que je ne confonds pas avec un autre chevelu/barbu à lunettes noires)... Je vais découvrir de ce pas...

jollien sarah a dit…

Rima : Il paraît que c'est une bête de scène... C'est con les barrières que l'on s'impose. Dans mon cas des années à renier ce monsieur...

Lucie : cool, sacrée belle surprise. Dis, tu es drolement sage.... pas d'incartade même pour un concert ? ;)

Anonye : ;)))))

Sophie : Je vais chercher ça, merci pour l'info.

Lili : De k'émotion je trouve aussi. Non aps midinette, enfin aps dans ce cas, ce n'est pas le mec qui séduit mais sa voix et sa musique, non ? Beigbeder, je confirme ;))

Sophie : oui, oui c'est bien lui ;))) tu me diras ?

Sophie a dit…

alors moi je l'avais découvert lors de la sortie du film "Lost in Translation" de Sofia Coppola, il avait signé plusieurs morceaux de la superbe BO. alors depuis, je zappe le personnage et écoute ses morceaux en boucle !

jollien sarah a dit…

Sophie : je ne savais pas.... suis à la rue ;))) et pourtant j'ai vu plusieurs fois ce film... Merci pour l'info... des bises